Catégories
Réflexion

En ces temps troublés, emprunter la voie de la sagesse

Je vous partage ce jour plusieurs ressources, pour prendre de la hauteur et de la distance vis à vis des actualités récentes.

J’ai souhaité également compléter ces points de vue, par quelques notes personnelles.

Comme tout ce que j’écris sur ce blog, il ne s’agit en aucun cas d’une vérité absolue, mais d’une piste de réflexion.

Basons-nous nos décisions en fonction d’une posture moraliste ?

Qu’est-ce que j’entends par la posture moraliste ?

La posture moraliste inclut la notion de DUALITÉ : c’est bien/c’est mal.
De façon plus discrète, nous entrons dans cette posture moraliste, dès que nous tombons dans la comparaison :
« moi je fais ça »/ »l’autre fait ça ». A partir du moment où j’établis une COMPARAISON, je suppose donc que ma position est inférieure ou supérieure d’un point de vue MORAL par rapport à l’autre.

La posture moraliste se base sur des CROYANCES

Le problème quand je me trouve dans cette posture, c’est que souvent je n’ai pas conscience que je me base sur des croyances, donc sur ce que je suppose vrai, en fonction de mes expériences passées.

En fonction d’une CROYANCE, DONT JE N’AI PAS FORCEMENT CONSCIENCE, je vais donc souvent adopter :

  • soit une position de « conformité » (« j’ai appris qu’il fallait obéir aux règles),
  • soit une position de « rebelle » (« je n’ai pas envie d’obéir, donc je vais faire le contraire).

Quelle que soit la position choisie, dans les deux cas, nous agissons en RÉACTION, à partir de l’EGO, à partir d’un espace de peur, de colère, de résignation…

Et même lorsque, parfois, nous pensons œuvrer pour le bien de tous, nous devons porter vigilance à l’espace, à partir duquel nous nous engageons, car la plupart du temps, nous basons nos décisions sur nos croyances, donc à partir de l’ego.

Nous sommes co-créateur de ce qui arrive à l’extérieur

L’univers répond toujours à notre demande

Je vous encourage à faire des recherches sur les lois de l’univers, en particulier sur la loi de l’attraction, sur la loi de cause à effet.
Si nous en sommes « là » collectivement, c’est qu’une majorité d’humains a adressé une demande à l’univers.

Cette demande était de CHANGER LE MONDE, de FAIRE ÉMERGER la vérité, que les choses deviennent plus transparentes, que les transformations s’accélèrent.

L’univers est en train de répondre à notre demande : l’illusion est en train de céder et c’est l’électrochoc.
Comme l’enfant qui commence sa crise d’adolescence, nous nous rendons compte que « nos parents », qui dans notre vie d’adulte sont représentés par les institutions, ne sont pas parfaits.

L’extérieur vient éclairer ce qu’on ne voit pas à l’intérieur

La posture que je nous propose d’emprunter est celle-ci : utiliser les évènements extérieurs pour pouvoir prendre conscience de nos mécanismes intérieurs, car l’extérieur est toujours un reflet de ce qui se passe à l’intérieur.

Compte-tenu de ce que je viens de dire, essayons de nous poser quelques questions :

  • dans quels espaces de ma vie je me confine ?
  • dans quels domaines je ne me sens pas libre ?
  • dans quels domaines, à quels moments je me restreins ?
  • dans mon quotidien, à quels moments je manque d’écoute, de discernement, de bon sens pour moi-même, vis à vis des autres ?
  • à quels moments je fais preuve d’autoritarisme ? vis à vis de moi-même ? vis à vis des autres ?
  • qu’est-ce que je m’empêche de faire et que j’aimerais faire ?
  • de quoi je me juge quand je refuse d’obéir ? de quoi je me juge quand je me sens dépendant des autres ou d’une autorité ?
  • qu’est-ce que je ne m’autorise pas et qui est pourtant vital pour moi ?

En conclusion : Devenir un maître


Si l’on veut sortir de la réaction, il s’agirait peut-être :

  • d’éviter d’écouter la cacophonie ambiante,
  • d’être lucide à propos de nos comportements, sans pour autant se flageller,
  • d’apprendre à devenir notre propre parent,
  • de faire nos propres choix, non pas à partir de ce que je nomme un « programme de machine à laver émotionnel », mais à partir d’un espace d’amour pour nous-même.

A partir cet espace, nous arrêterons de vouloir SAUVER le monde pour CONSTRUIRE notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *