Sois, vis, rayonne

Voici un nouveau texte qui s’adresse au cœur et au corps, écris ce jour même. N’hésitez pas à le lire à haute voix.
Acceptez d’accueillir ces nouvelles ondes.

Oh émergence du divin !
Quel régal jamais égalé !

Je t’attendais depuis si longtemps,
Comme le prince qui, d’un baiser, me délivrerait.

Je ne nourris plus d’attente,
Juste celle d’être moi.
Pas le « moi » donné par naissance,
Le « moi » éternel,
Qui, le cœur ouvert, peut distribuer l’amour universel.

Il n’est plus question d’attachements, ni de détachement.
Il est juste attendu que j’aime.

Messager du divin, je suis,
Messager de l’amour, je suis.

Point de mièvrerie dans cette intention,
Juste un choix d’attention.

L’institution n’est plus,
La foi remplace la sécurité.
Un bond immense de l’humanité.

Avant était : « va, vis, deviens ».
Désormais, pourrais-je énoncer : « sois, vis, rayonne… »
De cette douce lumière, pas celle qui aveugle.
Comme un halo irisé qui donne envie de déposer les armes.

Le jeu est terminé.

Dans la gaieté, je parcours l’immensité,
Au lieu de discourir sur la réalité.

Citoyen, baisse les armes,
Baisse le ton,
Pour laisser le « LA » s’écouler par la gorge de quelques illuminés.
Ecoute la chanson.
Laisse-toi bercer par la vibration du nouveau monde qui t’es présentée.

Ghislaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *