Catégories
Vers le nouveau monde

Les clefs du bonheur 1ère partie

4 raisons qui peuvent nous éloigner du bonheur

Au cours de cet article, je souhaiterais t’amener à une introspection :

Où en es-tu de cette quête de bonheur ?
Quelle est ta propre définition du bonheur ?

Je vais te faire une confidence.
Il y a quelques temps de ça, je me suis dit : » peut-être que, finalement, le bonheur n’existe pas…

« Peut-être que le bonheur n’est pour moi, sur cette terre ».

En ce début d’année 2022, je suis confrontée à des petites déconvenues qui créent le déclic.

Alors que je ne m’étais jamais posé la question du bonheur, voici qu’une définition s’est imposée à moi. En fin d’article je te la partage.

Mais si tu veux en savoir plus, je te propose de reprendre les quatre raisons qui m’ont fait souvent passer à côté du bonheur.

1ère raison :
La recherche excessive de plaisir

Qu’est-ce que j’entends par « plaisir » ?

Le plaisir est ce qui satisfait nos désirs notamment par le biais de nos sens physiques et plus largement par le système sensoriel :

  • un bon gâteau au chocolat va combler le goût,
  • une jolie fleur va contenter la vue,
  • une musique enjouée va satisfaire l’ouïe,
  • un massage va nous mettre en contact avec le toucher…

Des facteurs qui stimulent avec intensité plusieurs sens à la fois, peuvent même nous conduire jusqu’à l’extase.

Quoi qu’il en soit, ce qui est à retenir :

Dans le plaisir, c’est le plus souvent quelque chose de l’extérieur ou un mouvement qui vient apporter un changement à l’intérieur de notre corps physique.

Du plaisir à la distraction


Rechercher le plaisir n’est pas en soi un problème.

Mais, la société de consommation et de médiatisation telle qu’elle évolue depuis ces dernières années, contribue largement à nous ramener de façon excessive au plaisir, car le plaisir fait vendre.

Cela nous amène à penser qu’il nous manque toujours ce petit quelque chose, pour être complet(ète) et heureux(se).
Cela concerne à peu près toutes les sphères de nos vie : le couple, les relations sociales, le travail, la nourriture, la technologie, l’habitat…

Or, derrière cette injonction se cache le spectre de la DÉPENDANCE.

Personnellement, l’une des plus grandes dépendances qu’il me vient d’assumer est l’addiction au travail et l’usage des écrans.

Exercice d’introspection : Je te propose de penser à quelques unes de tes dépendances, afin d’élargir ta conscience et de faire preuve d’honnêteté vis à vis de toi-même.

2ème raison : Oublier de revenir à l’intérieur

Je l’ai dit précédemment : nous avons tendance à rechercher excessivement du plaisir, et à aller vers la dépendance, poussés par la société de consommation.

Nous n’avons plus l’habitude des « temps morts », du vide.

Or ceux-ci sont indispensables pour notre équilibre physique et psychique.

En 2020, le confinement nous a poussé à décrocher quelques temps notre regard du monde extérieur pour revenir à l’intérieur, chose que personnellement je n’ai pas appris à faire.

Se donne le droit de « ne rien faire » et d’accueillir le vide, ouvre la porte à une nouvelle dimension, celle de la paix.

Accéder à la paix

La paix est un état de hautes fréquences vibratoires qui permet d’accéder consciemment à notre dimension spirituelle.

Il est possible de rencontrer cet état sans avoir besoin d’un stimulus extérieur.

Mais par exemple, la méditation ou la connexion à la nature vont créer les conditions favorisant cette sérénité intérieure.

L’état de paix est un moyen pour s’extraire de la dépendance vis à vis des autres et de l’extérieur.

C’est aussi expérimenter le « plein(e) » dans le vide ou le plein malgré le vide.

Exercice d’introspection : prends-tu le temps de rentrer à l’intérieur de toi ? ressens-tu souvent/parfois/jamais cet état de paix, de plénitude

3ème raison :
Le manque de sens

Arrivée à la quarantaine j’étais comblée sur le plan matériel : un travail relativement confortable, une maison, des loisirs, mais… toujours cette sensation de manque.

Ce qui a amené à me demander : « quel sens donner à ma vie ? »

En mode survie,
pendant combien de temps encore ?

Avec le retrait des religions et de toute spiritualité, notre quotidien a été vidé de tout ce qui faisait sens pour l’humain.

Pour la plupart, nous tâtonnons avec malaise au fil des mois et des années, avec pour seul objectif d’arriver aux vacances ou à la retraite pour pouvoir enfin profiter de ce que nous offre la vie.

Alors, je me demande :

Quels sont nos moteurs pour avancer ?
Est-ce le besoin de confort et de sécurité ? l’argent ? le désir de faire pareil que les autres ?

Ces moteurs sont-ils suffisants pour nous entraîner dans un élan de vie mais également dans des aspirations élevées telles que le partage, la compassion, la générosité…?

Cela n’a pas été mon cas.
J’ai commencé à rencontrer de plus en plus de joie dans ma vie, lorsque j’ai remplacé la DESTINATION « retraite » par la DIRECTION « accomplissement ».

Exercice introspectif : aujourd’hui je t’amène à te demander « pourquoi te lèves-tu le matin ? »

4ème raison :
Négliger le plaisir

Ce n’est que récemment que je me suis avouée, que je renonçais sans cesse au plaisir, au cours de mes journées, notamment en différant ce qui me faisait du bien, par manque de temps, d’argent, d’envie ou par culpabilité.

Et oui !

Je m’étais tellement enfermée dans l’idée que la vie d’adulte était faite de labeur, et qu’il s’agissait d’être sérieuse, que je voyais le plaisir comme un truc optionnel, voire indécent.

Ce qui m’a conduit, à un moment donné, à une perte totale de l’élan de vie, plus aucune motivation, ni envie.

Cette prise de conscience m’a permis d’accéder à cette définition du bonheur que je vais bientôt te livrer.

Exercice introspectif : quelle petite chose pourrais-tu t’offrir ou faire aujourd’hui qui viendrait rallumer une grande étincelle en toi ?

Voici venu le moment de te partager cette définition.

Ma définition actuelle et personnelle du bonheur

Le chemin du bonheur

La boussole de la joie

Aujourd’hui, je ressens le bonheur comme un mouvement subtil et tranquille qui vient de l’intérieur.
Couplé à cet élan de vie qui vient des cellules, il crée de la JOIE, ce qu’on nomme la joie de vivre.

Nous l’expérimentons, une fois cet espace de paix installé, quand la recherche de plaisir vient satisfaire des BESOINS PROFONDS DE NOTRE ÂME, et non un « vague caprice » ou une lubie.
A nous de suivre cette boussole de la joie, afin de contenter notre âme.

L’équilibre à trouver

Avec le bonheur, vient aussi la notion d’équilibre.

Le plaisir ne doit pas exclure la paix et vice-versa.

Le plaisir sans paix conduit à la dépendance.
La paix sans plaisir conduit à la sclérose, à la rigidité et à la fuite matérielle.

La balance ainsi équilibrée, c’est une ouverture vers la JOIE et l’AMOUR, avec un grand A.

Enfin je finirai en disant que le bonheur n’est ni quête matérialiste, ni quête spirituelle, il se vit et s’apprécie dans l’instant.
Il est guidé par ce choix d’incarnation qui dépasse notre désir de conformité.

En conclusion
S’engager pour un futur idéal

Je conclurai mon article par un petit rappel étymologique.
Sais-tu que le mot « bonheur » vient de la contraction de » bonum + augurum » en latin, soit « de bon augure » ?

Le bonheur serait-il donc lié à une VISION de notre futur idéal ?
Serait-il lié à la FOI ?

Je ne parle pas de foi religieuse, mais de cette CONVICTION QUE TOUT IRA POUR LE MIEUX.

EXERCICE COACHING

Je te propose de répondre à la question suivante : QUELLE EST TA PROPRE CONCEPTION DU BONHEUR ?

N’hésite pas à me le dire en commentaire.
Je serais très curieuse de découvrir ton point de vue.

Si tu es intéressé(e), je t’invite à découvrir mes accompagnements individuels.

On ne possède pas le bonheur comme une acquisition définitive. Il s’agit à chaque instant de faire jaillir une étincelle de joie. Ne l’oublions pas : Souris au monde et le monde te sourira.

Soeur Emmanuelle

Ghislaine

Dans la deuxième partie de l’article, qui sera publié prochainement, je te parlerai de plusieurs ressources qui peuvent nous aider à nous rapprocher du bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *